Autour du procès d’Eichmann

Premier procès de l’histoire de la télévision à être diffusé dans son entièreté, et mondialement (des stations télé de 37 pays en ont acheté les 2000 km de bobines), premier procès d’un criminel de guerre Nazi à se tenir dans le jeune État d’Israël, premier procès à donner la parole à des victimes directes de « la solution finale », première condamnation à mort par un tribunal israélien, le moins que l’on puisse dire est que le procès d’Adolf Eichmann à la cour du District de Jérusalem a fait couler une quantité d’encre appréciable qui constitue le fondement du récit de l’extermination des juifs d’Europe sous le IIIe Reich. Il a ouvert des questions non encore élucidées dont la valeur heuristique demeure, plus de 60 ans plus tard.


Illustration: Friedel Stern, Eichmann Trial, The Judges, 1961

Évoqués durant le podcast:

Adolf Eichmann (1), Adolf Eichmann (2), Adolf Eichmann (3)

À l’origine du syndrome de Stockholm

Hondelatte raconte: Coco la collabo

Shaked, M. (2015). The Unknown Eichmann Trial: The Story of the Judge, Holocaust and Genocide Studies, 29 (1), 1–38.

La forteresse de Bettelheim

Milgram et l’obéissance

Hannah Arendt et la « banalité du mal », entrevue 1974, archives Ina

L’effet Toto, scène du Magicien d’Oz

La langue ne ment pas, film de Stan Neumann adapté des journaux de Victor Klemperer (Dresde 1933-1945), Arte France et Les Films d’ici

Der Ewige Jude (The Eternal Jew), film de propagande nazie, 1940

Sex and the Swatzika, documentaire, Channel 4, 1999

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s